Parce que l ’éducation des filles

fait avancer le monde

 

 

  • Parce que moins du tiers des enfants scolarisés dans le monde sont des filles...
  • Parce que sur les 900 millions d’adultes analphabètes, deux tiers sont des femmes...
  • Parce que des centaines de millions de femmes n’ont pas les armes du savoir pour se défendre contre les mariages forcés, les crimes d’honneur, la prostitution...

 

 

Toutes à l’école Luxembourg, ONG, est une association créée en 2010 , qui a fait sien l’objet social de « Toutes à l’école » créée en France en 2006 et qui propose une scolarisation de haut niveau aux jeunes filles les plus démunies dans les pays émergents.

 

Dans les pays pauvres, quand une famille a la possibilité de scolariser un enfant, c’est le garçon qu'elle choisit. La fille, dès la prime enfance, est reléguée aux tâches domestiques, puis doit travailler pour aider les siens.

 

Les experts internationaux l’affirment : la scolarisation des filles est l’un des grands enjeux du millénaire. Dans les pays où l’éducation des femmes progresse, la mortalité infantile et la surnatalité baissent, la propagation des pandémies est mieux maîtrisée. Et une femme instruite peut à son tour éduquer ses enfants. Enfin, le niveau d’instruction des filles signe le degré de liberté et de démocratie d’un pays.

Notre école Happy Chandara

Nos activités à Luxembourg

Toutes à l’école a choisi le Cambodge pour construire sa première école pilote : Happy Chandara, près de Phnom Penh afin de développer un programme d'éducation, de scolarisation et de formation nécessaires à l'insertion et à la promotion sociale de jeunes filles issues des familles les plus défavorisées des villages alentours.

 

L’objectif d’ Happy Chandara est non seulement d’apprendre aux jeunes filles à lire, écrire et calculer mais de les accompagner et de les former aux postes de réflexion et de décision de demain. Elles reçoivent un enseignement de haut niveau en khmer, en anglais et en français. Chaque année une centaine de jeunes filles rejoignent l’école.

 

Les jeunes filles sont ainsi accompagnées jusqu’à leur entrée à l’université pour celles qui choisiront la filière classique ou jusqu’à l’obtention du 1er emploi pour celles qui s’orienteront vers un cursus professionnel.

 

Happy Chandara accueille aujourd’hui 1200 élèves. La prise en charge des enfants est globale : éducation, alimentation, santé, soutien aux familles et assistance sociale sans oublier l’ aide à la communauté locale.

Le projet de l’école Happy Chandara est un projet qui s’inscrit dans le temps et ce afin de permettre aux élèves d’accéder à l’éducation aujourd’hui et de les accompagner jusqu’à ce qu’elles terminent leurs études (universitaires pour certaines d’entre elles) et trouvent un emploi.

 

Nos principales sources de financement sont :

 

  • les parrainages individuels ou de classes (3 classes sont aujourd’hui parrainées par des entreprises ou des collaborateurs de celles-ci)
  • les dons de particuliers, d’entreprises ou d’autres asbl
  • la sensibilisation et les débats dans les écoles
  • l’organisation d’événements

Suivez-nous

Nous soutenir

 

Toutes à l’école Luxembourg, association sans but lucratif de droit luxembourgeois, a été créée le 23 novembre 2010 afin d’apporter un accès à l’instruction aux enfants les plus démunies dans les pays émergents.

 

30 janvier - Assemblée générale

 

En ce début d'année, nous vous adressons tous nos voeux pour 2017 et vous remercions de votre générosité pour l'Ecole Happy Chandara et ses élèves ! Nous espérons avoir le plaisir de vous...

Suivez-nous

 

Pour nous suivre au quotidien, retrouvez-nous sur nos différents réseaux sociaux !

  • Notre école Happy Chandara

    Toutes à l’école a choisi le Cambodge pour construire sa première école pilote : Happy Chandara, près de Phnom Penh afin de développer un programme d'éducation, de scolarisation et de formation nécessaires à l'insertion et à la promotion sociale de jeunes filles issues des familles les plus défavorisées des villages alentours.

     

    L’objectif d’ Happy Chandara est non seulement d’apprendre aux jeunes filles à lire, écrire et calculer mais de les accompagner et de les former aux postes de réflexion et de décision de demain. Elles reçoivent un enseignement de haut niveau en khmer, en anglais et en français. Chaque année une centaine de jeunes filles rejoignent l’école.

     

    Les jeunes filles sont ainsi accompagnées jusqu’à leur entrée à l’université pour celles qui choisiront la filière classique ou jusqu’à l’obtention du 1er emploi pour celles qui s’orienteront vers un cursus professionnel.

     

    Happy Chandara accueille aujourd’hui 1200 élèves. La prise en charge des enfants est globale : éducation, alimentation, santé, soutien aux familles et assistance sociale sans oublier l’aide à la communauté locale.

  • Nos activités à Luxembourg

    Le projet de l’école Happy Chandara est un projet qui s’inscrit dans le temps et ce afin de permettre aux élèves d’accéder à l’éducation aujourd’hui et de les accompagner jusqu’à ce qu’elles terminent leurs études (universitaires pour certaines d’entre elles) et trouvent un emploi.

     

    Nos principales sources de financement sont :

     

    • les parrainages individuels ou de classes (3 classes sont aujourd’hui parrainées par des entreprises ou des collaborateurs de celles-ci)
    • les dons de particuliers, d’entreprises ou d’autres asbl
    • la sensibilisation et les débats dans les écoles
    • l’organisation d’événements

     

Parce que l ’éducation des filles

fait avancer le monde

 

 

  • Parce que moins du tiers des enfants scolarisés dans le monde sont des filles...
  • Parce que sur les 900 millions d’adultes analphabètes, deux tiers sont des femmes...
  • Parce que des centaines de millions de femmes n’ont pas les armes du savoir pour se défendre contre les mariages forcés, les crimes d’honneur, la prostitution...

 

 

Toutes à l’école Luxembourg, ONG, est une association créée en 2010 , qui a fait sien l’objet social de « Toutes à l’école » créée en France en 2006 et qui propose une scolarisation de haut niveau aux jeunes filles les plus démunies dans les pays émergents.

 

Dans les pays pauvres, quand une famille a la possibilité de scolariser un enfant, c’est le garçon qu'elle choisit. La fille, dès la prime enfance, est reléguée aux tâches domestiques, puis doit travailler pour aider les siens.

 

Les experts internationaux l’affirment : la scolarisation des filles est l’un des grands enjeux du millénaire. Dans les pays où l’éducation des femmes progresse, la mortalité infantile et la surnatalité baissent, la propagation des pandémies est mieux maîtrisée. Et une femme instruite peut à son tour éduquer ses enfants. Enfin, le niveau d’instruction des filles signe le degré de liberté et de démocratie d’un pays.